Home Recherche Scientifique Bactériologie Charbon bactérien (Anthrax)
Imprimer Envoyer

Maladie du charbon (Bacillus anthracis)( Anthrax)

AUTRES NOMS :

Fièvre splénique, Œdème malin, Maladie des trieurs de laine, Maladie des chiffonniers

 

 

B. anthracis
Image en coloration de Gram de Bacillus anthracis (agrandissement 1500 fois).

Les cellules présentent des extrémités carrées caractéristiques.

Les endospores sont ellipsoïdales et occupent une position centrale dans le sporange.

Les spores sont très réfringentes à la lumière et résistent à la coloration.

 


INFORMATIONS GÉNÉRALES :

  • Bactéries ; Firmicutes ; Bacilles ; Bacillales ; Bacillaceae ; Bacillus ; groupe Bacillus cereus
  • Maladie à déclaration obligatoire : Oui

EN QUELQUES LIGNES :

La maladie du charbon est une maladie zoonotique causée par Bacillus anthracis. Elle se manifeste chez les animaux domestiques et sauvages (principalement les herbivores, dont les chèvres, les moutons, le bétail, les chevaux et les porcs). Les humains l'attrapent généralement suite à un contact avec des animaux infectés ou des produits d'origine animale contaminés.

 

L'infection se transmet généralement par voie cutanée et très rarement par voie respiratoire ou gastro-intestinale. La maladie du charbon est intimement associée aux origines de la microbiologie et de l'immunologie puisqu'il s'agit de la première maladie dont l'origine microbienne a pu être définitivement établie

(en 1876, par Robert Koch). Il s'agit également de la première maladie pour laquelle un vaccin bactérien vivant a été développé (en 1881, par Louis Pasteur).

 

 

Pendant la seconde moitié du 19e siècle, une forme encore non identifiée de maladie du charbon, que l'on a appelée charbon inhalatoire, est apparue. Elle s'est manifestée chez les trieurs de laine en Angleterre, à la suite de la génération d'aérosols infectieux de spores de charbon dans des conditions industrielles à partir du traitement de poils de chèvres contaminées et de laine d'alpaca. Il s'agit probablement de la première maladie infectieuse respiratoire professionnelle.

 

Vu le caractère infectieux des spores de charbon par voie respiratoire et le taux de mortalité élevé engendré par le charbon inhalatoire, son utilisation en tant qu'arme biologique a été envisagée.

 

Les cas humains recensés en Belgique sont exceptionnels et sont presque exclusivement des cas importés (le dernier cas signalé était un cas de charbon cutané relevé chez un voyageur belge de retour du Botswana en 2005). Le dernier cas relevé sur un animal belge a d'autre part été identifié sur une vache retrouvée morte en 1988.

 

RÔLE DU CODA-CERVA :

  • DIAGNOSTIC

Le CODA-CERVA est laboratoire de référence national belge pour la maladie du charbon (pour les hommes et les animaux).

- Isolement (depuis des échantillons cliniques et environnementaux)

- Diagnostic moléculaire (PCR)

- Diagnostic sérologique chez les humains (ELISA anti-PA, sur demande uniquement)

  • RECHERCHE

Contrôle du statut immunologique des humains professionnellement exposés et étude des facteurs de risque.

  • EXPERTISE

Le laboratoire dispose des autorisations et des locaux nécessaires pour cultiver le bacille du charbon dans des conditions sûres. Le personnel dispose de l'expérience nécessaire pour l'isolement et l'identification de B. anthracis à partir d'échantillons cliniques suspects (expectorations, sang, organes) ou d'échantillons environnementaux (poussières, eaux usées, boues d'épuration).

SCIENTIFIQUE RESPONSABLE DE CE SUJET :

Pierre Wattiau


PUBLICATIONS CODA-CERVA :

2009

- P.Wattiau, Govaerts M., Frangoulidis D., Fretin D., Kissling E., Van Hessche M., China B., Poncin M., Pirenne Y., and Hanquet G. Immunological response of unvaccinated workers exposed to anthrax spores, Belgium. Emerging Infectious Diseases 15 (2009) 1637-1640

2008

- P. Wattiau, Klee SR, Fretin D, Van Hessche M, Ménart M, Franz T, Chasseur C, Butaye P, Imberechts H. Occurrence and genetic diversity of Bacillus anthracis strains isolated in an active wool-cleaning factory. Appl Environ Microbiol. 2008 Jul;74(13):4005-4011