Imprimer Envoyer

Sélénium - Se

DESCRIPTION GÉNÉRALE DE L'ÉLÉMENT :

Sélénium métallique : Numéro CAS : 7782-49-2

- numéro atomique : 34
- masse atomique : 78,96 (isotopes stables : 76Se, 77Se, 78Se, 80Se, (82Se))
- température de fusion : 221 °C
- température d'ébullition : 685 °C

 

EN QUELQUES LIGNES :

Le sélénium, comme de nombreux autres éléments traces, est un constituant naturel de la croûte terrestre. Sa concentration dans les sols varie considérablement d'une région du monde à l'autre, allant de 0,1 µg/kg dans celles où les sols sont pauvres en sélénium à plus de 1000 mg/kg dans les régions sélénifères.

 

Le sélénium s'obtient le plus souvent à partir du séléniure, un composé du sélénium qui est présent dans les minerais sulfurés tels que ceux associés au cuivre et au plomb. Le Sélénium est utilisé le plus souvent par l'homme comme agent (dé)colorant dans l'industrie du verre et de la céramique. Il est également fréquemment utilisé comme catalyseur dans les réactions chimiques, en électronique et pour le virage des impressions photographiques. Parmi les applications biologiques du sélénium figurent l'utilisation du sulfure de sélénium (SeS2) en tant que substance active dans certains shampooings antipelliculaires et l'utilisation du sélénium dans les préparations vitaminées ou autres compléments alimentaires.

Sélénium (Se)

 

En effet, si, à l'origine, on a pensé que le Sélénium était un élément potentiellement toxique, son importance en tant qu'oligo-élément (essentiel pour être en bonne santé!) a été reconnue au milieu du siècle dernier. Plusieurs études épidémiologiques et des essais en laboratoire ont démontré que le sélénium permet de réduire le risque de cancer et de maladies cardiovasculaires et favorise l'amélioration des fonctions du système immunitaire. Des cas particuliers de carence en sélénium ont été constatés entre autres dans la région de Keshan en Chine, où la teneur en sélénium dans le sol et dans l'alimentation est extrêmement faible (maladie de Keshan, qui se caractérise par une dilatation du cœur et une fonction cardiaque diminuée). Dans plusieurs cas, l'apport complémentaire de sélénium par l'alimentation (que ce soit sous forme de compléments alimentaires ou d'aliments enrichis en sélénium) a permis avec succès d'améliorer le taux de sélénium chez les personnes présentant une carence en cet oligo-élément.

 

D'autre part, des doses de sélénium trop élevées peuvent provoquer une sélénose, syndrome qui se caractérise par la chute des cheveux, la fragilité des ongles ainsi que des lésions cutanées et hépatiques, et, même, à des niveaux plus importants, une neurotoxicité. De semblables effets indésirables du sélénium sur la santé ont été observés entre autres chez des personnes et des animaux dans des régions sélénifères, parmi lesquelles les immenses plaines du nord des États-Unis, des régions du Venezuela, de Colombie, de l'Inde et de Chine.

 

Parmi les aspects importants liés à la prise de sélénium, il convient de noter que celui-ci peut être présent dans l'alimentation et dans les compléments alimentaires sous différentes formes chimiques ou différentes espèces, qui, après avoir pénétrées dans le corps humain, différent en solubilité, absorption, métabolisme, et par conséquent, en biodisponibilité. Cela implique que les effets (bénéfiques ou toxiques) ne dépendent pas uniquement de la dose qui a été prise, mais également de la forme chimique sous laquelle l'élément a été pris.

 

Il est nécessaire d'effectuer des recherches supplémentaires afin de mieux comprendre les conditions essentielles à une prise optimale de sélénium (effet optimal sur la santé).Sélénium (Se) La collecte des données relatives à la spéciation du sélénium dans les aliments, d'une part, et la mise en évidence des composés du sélénium et de ses sources alimentaires les plus bioactifs, d'autre part, peuvent y contribuer.

 

Classification selon le règlement (CE) n° 1272/2008 du 16 décembre 2008 :
- Numéro index : 034-001-00-2
Toxicité aiguë 3* ; H301 : toxique en cas d'ingestion
Toxicité aiguë 3* ; H331 : toxique par inhalation
Stot Re2 : H373 : Risque présumé d'effets graves pour les organes à la suite d'expositions répétées ou d'une exposition prolongée
Toxicité aquatique chronique 4 ; H413 : Peut entraîner des effets néfastes à long terme pour les organismes aquatiques.
Reference: Regulation (EC) No 1272/2008 of the European Parliament and of the Council of 16 december 2008 on classification, labeling and packaging of substances and mixtures, amending and repealing Directives 67/548/EEC and 1999/45/EC, and amending Regulation (EC) No 1907/2006. Official Journal of the European Union L353/1.
http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2008:353:0001:1355:EN:PDF


NORMES ET LÉGISLATION :

Teneur maximale en sélénium dans les eaux destinées à la consommation humaine

DIRECTIVE 98/83/CE DU CONSEIL du 3 novembre 1998 relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine
La teneur maximale en sélénium dans les eaux destinées à la consommation humaine est fixée à 10 µg/L.
http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CONSLEG:1998L0083:20031120:EN:PDF

 

Apport maximal tolérable (UL) pour le sélénium
Le comité scientifique européen pour l'alimentation humaine a fixé l'apport maximal pour le sélénium à 300 µg/jour chez les adultes.
http://ec.europa.eu/food/fs/sc/scf/out80g_en.pdf


RÔLE DU CODA-CERVA :

  • RECHERCHE

La recherche relative à la spéciation dans l'unité « Éléments traces » du CODA-CERVA a débuté en 2008, après l'achat d'un système LC-ICP-MS. Cette technique permet de séparer les différentes espèces chimiques d'un élément sur une colonne chromatographique, pour les quantifier ensuite au moyen de l'ICP-MS.

Sélénium (Se)

 

La spéciation du sélénium et sa biodisponibilité dans l'alimentation et les compléments alimentaires fait partie des sujets de recherche de notre unité. Parmi les espèces de sélénium sur lesquelles porte prioritairement la recherche figurent deux espèces inorganiques, à savoir la sélénite et le séléniate, et trois espèces organiques : la sélénométhionine (principal composé du sélénium que l'on retrouve dans les cultures, cet aminoacide est souvent incorporé de manière non spécifique dans les protéines à la place de la méthionine), la sélénocystine, et la méthylsélénocystéine (principal composé des plantes accumulant le sélénium après un enrichissement avec cet élément et puissant anticancéreux en tant que précurseur du méthylsélénol).

 

Ce type de recherche comporte les aspects suivants : optimalisation d'une méthode d'analyse pour la spéciation du sélénium dans l'alimentation par CLHP-ICP-MS, analyse des espèces de sélénium dans différents échantillons alimentaires et création d'une base de données, élaboration d'une méthode d'analyse de la biodisponibilité du sélénium au moyen d'un modèle reposant sur les cellules Caco-2 de la barrière intestinale, analyse de la biodisponibilité des différentes espèces de sélénium, établissement des concentrations de fond dans les sols de Belgique, mise en évidence d'éventuelles relations entre les caractéristiques du sol et la teneur en sélénium / sa spéciation dans les cultures et évaluation de l'incidence de la fertilisation au moyen du sélénium sur la spéciation de celui-ci dans les cultures.

Sélénium (Se)

 

Les résultats de cette recherche devraient permettre de mieux connaître les composés bioactifs du sélénium et de déterminer les types d'aliments et/ou de compléments alimentaires capables de fournir une dose optimale de sélénium chez l'homme.

 

Par ailleurs, grâce à ces résultats, on aura un aperçu de la relation existant entre les caractéristiques du sol et la qualité des cultures (en ce qui concerne le statut en sélénium).

 

Cette recherche est soutenue par le Fonds national pour la recherche scientifique (FNRS), la Politique scientifique fédérale (Belspo), et l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA).

 

  • PRESTATION DE SERVICES

Les activités de l'unité « Éléments traces » du CODA-CERVA se constituent de la recherche scientifique et des prestations de services dans le domaine de la sécurité alimentaire, de la santé publique et de la santé animale.

 

Nous offrons des services d'analyse aux tierces parties pour la détection d'éléments traces dans les aliments destinés à la consommation humaine et dans ceux destinés aux animaux. Les analyses concernant les teneurs totales en arsenic, en cadmium, en mercure et en plomb se font sous accréditation (BELAC 172-TEST) selon la norme internationale ISO 17025.

 

Des analyses d'une série d'autres éléments traces (dont le sélénium) sont également effectuées, mais ne sont pas encore incluses dans le système de management de la qualité.

 

Le CODA-CERVA est le laboratoire national belge de référence (LNR) pour la détection des éléments traces dans les aliments destinés à la consommation et dans ceux destinés aux animaux.

 

ÉQUIPE SCIENTIFIQUE :

Ann Ruttens
Nadia Waegeneers

Karlien Cheyns


PUBLICATIONS DU CODA-CERVA

2013

- Thiry, C., Pussemier, L, .Schneider, Y-J., Ruttens, A., 2013. Selenium bioaccessibility and bioavailability in Se-enriched food supplements. Biological Trace Element Research 152 (1) pp 152-160.

- Thiry, C., Ruttens, A., Pussemier, L, .Schneider, Y-J, 2013 In vitro investigation on selenium (Se) species-dependent intestinal transport and its impact on Se bioavailability. British Journal of Nutrition. 109 (12), pp 2126-2134.

- Waegeneers, N., Thiry, C., De Temmerman, L. and Ruttens, A. 2013. Predicted dietary intake of selenium by the general adult population in Belgium. Food additives and Contaminants. Part A. 30(2), pp. 278-285.

2012

- Thiry C., Ruttens A., De Temmerman L., et al., 2012. Current knowledge in species-related bioavailability of selenium in food. Food Chemistry, 130(4), pp 767-784.