Imprimer Envoyer

Mercure - Hg

DESCRIPTION GÉNÉRALE DE L'ÉLÉMENT :

Mercury metal : CAS N°: 7439-76-6


EN QUELQUES LIGNES :

Mercure (Hg)Le mercure est présent en faibles concentrations dans la croûte terrestre, principalement dans les gisements de sulfures (cinabres), d'où il est extrait depuis des siècles pour des usages très variés. Le mercure métallique est couramment utilisé comme cathode dans la production électrolytique de chlore, dans les amalgames dentaires, dans l'extraction d'or à partir de concentrés de minerai, dans les équipements électriques et dans les appareils de mesure de la température et de la pression.
Les composés du mercure sont utilisés comme fongicides dans les peintures et sur les graines et semences, comme antiseptiques, dans les appareils électriques et comme catalyseurs et produits intermédiaires.


Les travailleurs sont exposés au mercure par inhalation, principalement au mercure métallique, mais aussi aux composés inorganiques et organiques du mercure.
Parmi les professions pour lesquelles les plus fortes expositions ont été relevées figurent l'extraction de mercure, le travail dans des usines de batteries alcalines et chloro-alcalines et la production d'appareils de mesure de la température et de la pression.
Des expositions moins importantes ont été mesurées pour les personnes travaillant dans les laboratoires hospitaliers et les cliniques dentaires. Les expositions ont été mesurées par le contrôle de l'air ambiant et la surveillance biologique.


Les sources d'exposition au mercure d'origine non professionnelle incluent l'alimentation (composés de méthylmercure, principalement dans les organismes aquatiques) et les amalgames dentaires (mercure métallique). Ces niveaux d'exposition sont souvent inférieurs à ceux généralement relevés pour les expositions professionnelles.Mercure (Hg)
L'empoisonnement au mercure est une maladie provoquée par l'exposition au mercure et/ou à ses composés.
Le mercure est un métal lourd présent sous plusieurs formes, toutes pouvant produire des effets toxiques à fortes doses.
Son degré d'oxydation zéro, Hg0, existe sous forme de vapeur ou de métal liquide, son premier degré d'oxydation, Hg+, existe sous forme de sels inorganiques et son deuxième degré d'oxydation, Hg2+, peut former soit des sels inorganiques soit des composés organomercurés, les effets des trois groupes étant différents.
Parmi les effets toxiques figurent les lésions au cerveau, aux reins et aux poumons.

 

Classification selon le règlement (CE) n° 1272/2008 du 16 décembre 2008 :
Mercure

Référence : Règlement (CE) n° 1272/2008 du Parlement européen et du Conseil du 16 décembre 2008 relatif à la classification, à l'étiquetage et à l'emballage des substances et des mélanges, modifiant et abrogeant les directives 67/548/CEE et 1999/45/CE et modifiant le règlement (CE) n° 1907/2006. Journal officiel de l'Union européenne L 353, p. 1. http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2008:353:0001:1355:FR:PDF


NORMES ET LÉGISLATION :

Teneurs maximales en mercure dans les aliments

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2008:173:0006:0009:FR:PDF
Règlement (CE) n° 629/2008 de la Commission du 2 juillet 2008 modifiant le règlement (CE) n° 1881/2006 concernant la fixation de teneurs maximales pour certains contaminants dans les denrées alimentaires

 

Teneur maximale en mercure dans les produits destinés aux aliments des animaux

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CONSLEG:2002L0032:20060224:FR:PDF
Directive 2002/32/CE du Parlement européen et du Conseil du 7 mai 2002 sur les substances indésirables dans les aliments pour animaux

 

Doses humaines tolérées

Mercure : Dose provisoire hebdomadaire tolérable (Provisional Tolerable Weekly Intake PTWI) : 5 µg/kg de poids corporel.

Méthylmercure : PTWI : 1,6 µg/kg de poids corporel.
FAO/OMS, 2003: Summary and conclusions of the sixty-first meeting of the Joint FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture)/OMS (Organisation mondiale de la Santé) Expert Committee on Food Additives (JECFA), Rome, 10-19 June 2003; JECFA/61/SC
and
FAO/OMS, 2006: Summary and conclusions of the sixty-seventh meeting of the Joint FAO/OMS Expert Committee on Food Additives (JECFA), 20-29 June 2006; JECFA 67/SC

 

RÔLE DU CODA-CERVA :

Mercure (Hg)L'unité « Éléments traces » du CODA-CERVA se consacre essentiellement à la recherche scientifique et à la prestation de services dans le domaine de la sécurité alimentaire, de la santé publique et de la santé animale. Elle offre des services d'analyse aux tierces parties pour la détection d'éléments traces dans les aliments destinés à la consommation humaine et dans ceux destinés aux animaux. Cette activité est certifiée selon la norme de qualité européenne ISO 17025.

 

Le CODA-CERVA analyse le mercure et d'autres éléments dans les organismes et les sédiments épibenthos pour contrôler la contamination des organismes et des sédiments marins dans des zones où il y a des dépôts de boues de dragage. Le CODA-CERVA analyse également les organismes marins (biosurveillance) pour mesurer les concentrations en mercure et en éléments traces qu'ils présentent ; il s'agit d'une contribution de la Belgique au CIEM (Conseil international pour l'exploration de la mer) dans le cadre de la Commission OSPAR (Conventions d'Oslo et de Paris). Mercure (Hg)


Le CODA-CERVA est le laboratoire national belge de référence (LNR) pour la détection des éléments traces dans les aliments destinés à la consommation et dans ceux destinés aux animaux.

 


ÉQUIPE SCIENTIFIQUE :
Nadia Waegeneers
Ann Ruttens



PUBLICATIONS CODA-CERVA :

2009

- De Temmerman, L., Waegeneers, N., Claeys, N., Roekens, E. 2009. Comparison of concentrations of mercury in ambient air to its accumulation by leafy vegetables, an important step in terrestrial food chain analysis. Environ. Pollut., 157, 1337-1341
- De Temmerman, L., Hoenig, M. 2009. Transfert d'éléments traces toxiques des sols arables vers les pommes de terre, le froment et l'épautre. Dans: Contaminations métalliques des agrosystèmes péri-industriels. Philippe Cambier, Christian Schwarz, Folkert van Oord (Eds), Editions Quae, Versailles cedex, 2009, 149-161
- Waegeneers, N., Hoenig, M., Goeyens, L., De Temmerman, L. 2009. Trace elements in home-produced eggs in Belgium: levels and spatiotemporal distribution. Science Total Environ. 407, 4397-4402

2007

- De Temmerman, L., Claeys, N., Roekens, E., Guns, M. 2007. Biomonitoring of airborne mercury with perennial ryegrass cultures. Environ. Pollut. 146, 458-462

1999

- Guns, M., Van Hoeyweghen, P., Vyncke, W. and Hillewaert, H. 1999. Tracé elements in selected benthic invertebrates from Belgian coastal waters (1981-1996). Marine Pollution Bulletin 38: 1184-1193.
- Vyncke, W., Hillewaert, H., Guns, M. and Van Hoeyweghen P. 1999. Trace elements in cut through shell (Spisula subtruncata) from Belgian coastal waters. Food Additives and Contaminants 16: 1-8.